Il y a des créateurs pour lesquels la diversité culturelle est source de richesse. Katia Pimpert en fait partie. Originaire de Tours, cette Lyonnaise d’adoption dévoile des créations originales, authentiques et pétillantes, qui n’ont pas échappé aux radars de notre Rédac ! Autour d’un café, elle nous révèle les origines de WOAX, sa marque de bracelets 100 % home made qui allie le wax au cuir, et partage avec nous sa vision du métissage des cultures.

D’où t’est venue l’idée de créer ta propre marque de bijoux ?

Katia Pimbert, fondatrice de WOAX BIJOUX.

J’ai eu envie de fonder WOAX BIJOUX suite à une expérience salariée au sein de laquelle je ne pouvais pas accomplir mes ambitions de développer un projet professionnel de A à Z.
WOAX BIJOUX est une marque qui me ressemble et que j’assume complètement, tant par le respect des matières traditionnelles que par le processus de fabrication artisanale. En outre, elle sert parfaitement le message que je souhaite diffuser : on gagne à s’enrichir de nos différences culturelles, au contact les uns des autres.

Pourquoi t’être intéressée au wax ?

Je connais le wax depuis mon enfance. Depuis plus de 30 ans, mon oncle vit en Afrique noire, où ce tissu est largement répandu. Petite, il m’offrait des cadeaux en wax type vanity, pochettes… À l’époque, je n’avais pas poussé ma curiosité au point d’effectuer des recherches sur l’origine de cette étoffe, mais je la trouvais déjà magnifique !

En 2009, un voyage au Togo a confirmé mon attirance pour le wax, qui rayonnait sur les étals des marchés et les tenues des locaux. Avec WOAX BIJOUX, j’ai décidé d’associer ce tissu au cuir. J’aime le travail de ces deux matières, qui contrastent tant par leur texture que par leurs couleurs… Je trouve que l’assemblage des deux donne un effet élégant et raffiné.

Peux-tu nous en dire plus sur tes créations ?

Ma première collection, ARA, fait référence à une espèce de perroquets réputés pour leurs plumes de couleurs vives et variées. La couleur, c’est d’ailleurs ce qui ressort de mes bijoux, qui sont tous uniques. À mon sens, la collection ARA peut convenir à tous les types de poignets : masculins, féminins, d’enfants, Caucasiens, Africains, métissés…

Étant donné l’éventail de couleurs et de motifs que propose le wax, il y a forcément une teinte qui s’accorde à la carnation de chacun. Les bracelets ARA s’adaptent également aux styles vestimentaires de celles et ceux qui les portent. Ils peuvent raviver une tenue classique, par exemple ! Enfin, ils sont très faciles à porter au quotidien. Le fermoir du bracelet est aimanté, de part et d’autre. Quand le bracelet épouse le poignet, le fermoir « se clippe » très simplement.

bracelets-woax-wax-bijoux-createur-lyon

Crédit photo : WOAX BIJOUX.

À travers tes bijoux, tu dis vouloir transmettre un message optimiste quant aux échanges entre les différentes cultures…

En effet ! J’utilise le wax, qui est porté dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, imprimé aux Pays-Bas, tissé en Chine avec un coton acheté à des pays d’Asie du Sud ou d’Afrique. Et pour finir, je le « transforme » et l’associe au cuir pour qu’il soit porté en bijou aux poignets de différents profils de personnes. Je crois qu’on peut clairement dire que mes bijoux sont multiculturels !

À mon sens, c’est une richesse. Je rencontre parfois des profils de personnes caucasiennes qui n’osent pas porter de wax, car cette matière reste encore très associée aux Africains. C’est tellement dommage !

Aujourd’hui, plusieurs créateurs rivalisent d’originalité pour créer des pièces modernes comprenant quelques empiècements en wax, qui s’accordent très facilement avec des vêtements dits “classiques”. C’est stylé et original. Alors pourquoi s’en priver ? Ceci étant dit, j’invite celles et ceux qui sont encore frileux à porter du wax à découvrir les bracelets WOAX BIJOUX : plus discrets, ils n’en restent pas moins originaux !

Retrouvez WOAX BIJOUX sur Facebook, sur Instagram et sur le site web : woaxbijoux.com.

Pin It on Pinterest

Partager

Partagez cet article avec vos amis !